Si vous voyez ce texte (lié à une incompatibilité entre votre navigateur et l'animation Flash), veuillez suivre les indications de votre navigateur... autrement vous pouvez aussi utiliser le menu de gauche.
Veuillez nous excuser pour ce désagrément, et bonne continuation sur www.etudes-utiles.info
Vous êtes ici : Accueil du site > Relaxez-vous > Un dernier hommage à Marcel Béliveau, dans la catégorie [Evénements]

Un dernier hommage à Marcel Béliveau

vendredi 29 mai 2009, par Ariel


J’ai eu l’honneur de connaître l’homme de son vivant, si même il y a lieu de qualifier ainsi ces quelques échanges de mails sympathiques que nous avons eus il y a à peine 1 an.

Ah ! ce Marcel alors. Sa générosité dépassait les montagnes. Il n’hésita pas à me donner le droit d’exploiter le texte de ses "Paroles magiques" pour en faire une version audio gratuite. Cela, je ne l’oublierai jamais. Moi qui ai toujours cru que les célébrités sont difficiles à approcher. Je me trompais complètement cette fois-là...

Puis un jour, j’ai achevé l’enregistrement audio des Paroles magiques ainsi que la publication de l’ebook Une vie extraordinaire que je lui envoie de sitôt. Et là encore, une autre surprise m’attend. En retour, il m’offre comme ça, sans rien me demander, sans même un mot, juste comme ça son dernier livre.

Cette version du livre "Un whisky pour l’esprit", ce n’est pas celle que l’on voit habituellement sur les sites de vente. Non. C’était un ouvrage d’une présentation plutôt apurée, dont on devine sans peine qu’il s’agissait sûrement de la trame d’une version imprimée. Juste comme ça, il me l’a donné.

Vous vous doutez bien que j’ai pris la peine de bien lire le livre. Un texte qui m’a particulièrement frappé, c’est quand il parle de cet ami pianiste en ces termes :

[Accrochez-vous à votre rêve. Même s’il ne se réalise jamais. Car il est plus important d’avoir un rêve que de le réaliser.]


"Un ami de mon père, venait souvent à la maison car nous avions un vieux piano. Après le dîner il s’installait devant ce vieux clavier fatigué et lui redonnait toute sa jeunesse. Il passait de la musique contemporaine au plus grandes oeuvres classiques avec un doigté raffiné.

Tout le monde s’extasiait devant son talent.

Cet homme était soudeur de métier, mais ce qu’il regrettait le plus c’était de ne pouvoir gagner sa vie à jouer du piano. Mon père arriva à le convaincre d’essayer. Malgré sa grande timidité, il tenta de se faire engager dans les cabarets et les boîtes populaires de l’époque.

Mais personne ne voulait d’un soudeur comme pianiste.

Il décida d’organiser des concerts privés chez lui à sa maison de campagne. D’abord trois ou quatre fois par année, puis ensuite une fois par mois. Sa renommée locale grandissait.

Puis un jour, un jeune lui demanda de lui enseigner, puis un deuxième, un troisième et il dut finalement abandonner son métier de soudeur pour se consacrer à l’enseignement. Lorsqu’il parlait de sa nouvelle vie, ses yeux s’illuminaient.

- Tout ce qu’il me reste à réaliser, disait-il, c’est de donner un concert dans la plus grande et plus belle salle de la région.

Une semaine avant de se produire sur scène en concert, il fut victime d’une crise cardiaque.

Sur son lit de mort il dit à mon père :
- J’entends la musique de l’autre côté, c’est merveilleux, je crois qu’ils préparent un beau concert mais il ont besoin d’un pianiste.... j’arrive."


Ce pianiste en fait, il en parle déjà dans les Paroles magiques, si vous vous souvenez d’un certain Michel Beauchemin... J’ose penser que c’est quelqu’un qui l’a particulièrement impressionné par son parcours et son désir ardent de poursuivre son rêve. Je viens de lire que Marcel avait lui aussi des projets inachevés. Et lui aussi s’est accroché jusqu’au bout, malgré tous ses "déboires financiers" relayés par les médias.

Tout ce que je retiens finalement de Marcel Béliveau, c’est l’impression positive d’une personne pétillante, qui aime sourire à la vie et à ses difficultés. Une personne qui aime aussi partager de lui-même sans réserve. Un humoriste né doué cependant d’une philosophie de combattant. Enfin, un autodidacte dans plusieurs domaines.

Une vie extraordinaire fut mon premier hommage à Marcel Béliveau, "un juste retour pour tout ce qu’il m’a généreusement transmis" ai-je écrit. Aujourd’hui, je suis soulagé de lui avoir fait cet hommage de son vivant. Il y a tellement de petites choses qu’on oublie parfois de dire aux personnes qu’on aime, mais qui deviennent si faciles à dire après qu’ils ne soient plus de ce monde. Pour reprendre une expression qu’il connaît bien, ce sont "ces petites choses qui font de grandes différences dans la vie". Qu’on se le dise.

J’ai encore tellement d’émotion au coeur que je pourrais rester ici durant des heures à vous écrire au sujet des livres de Marcel, de cette sagesse à la fois rigolote et profonde qu’ils expriment, mais cela risquerait de nous laisser au final sur une impression d’amertume, plus que sur la joie d’apprécier ce doux héritage intellectuel qu’il nous a laissé.

Encore merci pour tout Marcel, repose en paix.

Ariel Elyah Sites partenaires Olympe Network
COPYZWRITER
TOUT À 1 EURO